Retrouvez les colloques Holy Games en format podcast !

1er colloque Holy Games – Sport et Spiritualité – 25/01/2024

« Courez de manière à l’emporter ! » Exhortation d’un entraîneur à la veille d’une compétition ? Beaucoup auront reconnu une exclamation de Saint Paul, encourageant les Corinthiens à prendre modèle sur les coureurs du stade pour obtenir « une couronne impérissable », l’entrée dans le Royaume de Dieu (cf. 1 Co. 9, 24-25).

Depuis Saint Paul, l’utilisation de métaphores sportives n’ont pas manqué dans la littérature chrétienne. Elles disent l’engagement de toute la personne – corps et âme – dans un chemin de foi. Aujourd’hui la pratique d’un sport est souvent liée à un désir de bien-être, voire à une ascèse de vie. Y aurait-il une interaction féconde entre sport et spiritualité ? Une table ronde en partenariat avec RCF animée par Pierre-Hugues Dubois.

Intervenants :
Monseigneur Philippe Marsset, évêque auxiliaire de Paris
Père Jean-Noël Aletti sj, professeur émérite de l’Institut biblique pontifical (Rome)
Père René Pichon, prêtre du diocèse de Chambéry, sportif de haut niveau
Jason Nioka, diacre du diocèse de Meaux, judoka

2ème colloque Holy Games – Sport et Handicap – 29/02/2024

« Quand la théologie rencontre le sport », jeudi soir avait lieu la deuxième soirée de la série de conférences organisées en partenariat ave RCF, la proposition de l’Église de France pour les Jeux. Cette semaine c’était sur le thème « Sport et handicap ». Cet été Paris accueillera plus de 4 000 athlètes en situation de handicap. Leurs objectifs de performance sont-ils comparables à ceux des athlètes valides ? Au-delà du résultat ou du record, de quoi témoigne le spectacle auquel nous allons assister ? Comment des corps blessés, abimés, meurtris, bousculent-ils nos conceptions du sport, du match, de la victoire, de la consécration ? Quelles réflexions théologiques suscitent les jeux paralympiques ?  Décryptage avec Patrick Talom, il est sportif en situation de handicap.

3ème colloque Holy Games – Sport et Communion – 04/04/2024

Du club de quartier aux grands clubs nationaux, les équipes sportives et leurs épigones jouent un rôle emblématique dans la construction du tissu social : source d’identification et de rassemblement, ils participent au sentiment de « faire corps » et de partager une « destinée commune ». Il n’est qu’à regarder le spectacle des villes en fête suite à une grande victoire nationale, ou encore celui des stades vibrant aux échanges sur le terrain.

Que nous est-il révélé du désir de communion qui habite l’homme ? Cette « communion » est pourtant ambiguë : si elle construit positivement un certain corps social, elle peut entraîner des dérives. On connaît trop les images de foules de supporters s’affrontant en fin de match. Quand la communion à un même corps devient source de violences à l’égard d’autres « corps » rivaux, elle montre ses limites, voire ses dangers.

Le sport nous pose donc une question aiguë, qui fait sens en théologie : est-il possible de « faire corps » sans s’opposer à d’autres « corps » ? Par ailleurs, les équipes sportives demandent en interne un fort degré de cohésion, qui lui aussi n’est pas sans ambiguïté car sous pressions psychiques. Selon quels critères et quels principes « faire corps » permet-il le déploiement de la liberté et de l’intégrité des personnes ?

Intervenants :
Mgr Philippe Marsset, évêque auxiliaire de Paris Mme Alessandra Maigre, Université de Fribourg / Faculté de théologie Sr Anne-Solenn Kerdraon, Sœur auxiliatrice, directrice du département de théologie morale et spirituelle au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris

Partager sur :

similaires

D’autres articles

Retour sur la rencontre sélection nationale des prêtres et le club du Variétés Club de France

Prier pour un athlète

Pièce de théâtre « Et Dieu créa le sport »